Accueil » Ombre et Lumière

Ombre et Lumière

  • par
ombre-et-lumière-exposition-Onjabe

Comme je l’ai annoncé dans un précédent post (ici), une de mes résolutions pour cette année était de partager d’avantage ma passion et de faire découvrir mes clichés.

C’est chose faite avec ma première exposition, celle où « je sors de l’ombre pour me mettre à la lumière ».

Cette exposition m’a permis d’explorer le thème de la dualité : blanc/noir, bien/mal…

Un équilibre précaire que chacun tente à sa façon de trouver.

C’est également un genre photographique que je voulais mettre en avant. Un genre qui foisonne avec des artistes Malgaches très talentueux.

Mais des artistes qui n’exposent pas, ou qui sont obligés d’aller exposer ailleurs. Par peur : peur des réactions, peur du jugement et surtout peur de la pudeur de la société à Madagascar.

Ombre et lumière, ce sont douze clichés qui sont pour moi un ode à la beauté de la femme, à travers des courbes qui se dévoilent et des détails qui se cachent.

 

Des clichés qui ont également inspirés certaines personnes que je remercie ici :

 

CACHE CACHE AVEC LA BEAUTE

Cette lumière qui rase le corps d’une femme, tel une aurore accouchant le point du jour d’un semblant de paysage tout aussi romantique que sensuel, c’est l’instant capté par l’indiscrétion de l’objectif de Onjabe.

L’artiste photographe, impertinent, qui a eu l’audace de s’immiscer dans l’univers invisible de l’intimité volée d’une femme, pour en faire son histoire d’ombre et de lumière.

Et moi, du plus haut sommet de ses collines, jusque dans sa vallée la plus profonde, où on n’entend ni un coq chanter, ni un chien aboyer, j’ai abusé du cache cache…coin par coin. J’étais, un temps, cette lumière qui, de l’éclat de ses lèvres et de la chaleur de son haleine, savourait de peau en peau, les frissons nées de cette fusion rythmée par les mouvements de Koloina… sous l’œil toujours indiscret de l’objectif de Onja Be.

Femme, une beauté aux milles facette. Femme, une essence divine, sublime créature, le plus beau de tous les chefs d’œuvres architecturaux. Quand, dansant dans l’invisible de l’ombre pour mieux exciter notre imaginaire bestiale, et se jouer aussi de l’objectif de l’artiste et de sa lumière complice, pour nous faire languir de plaisir sensuel …

…oui, encore et encore.

Rivo Rakotondrasanjy

 

2 commentaires sur “Ombre et Lumière”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *